Page d'accueil / ACTUALITÉS / INTERNATIONAL / Egypte : 173 morts en 24 heures, le procès de Moubarak ajourné
Egypte : 173 morts en 24 heures, le procès de Moubarak ajourné

Egypte : 173 morts en 24 heures, le procès de Moubarak ajourné

Un précédent bilan à partir de chiffres officiels et d'un décompte de l'AFP faisait état de 83 morts au moins.

La tension est vive en Egypte. Le pays est en proie à de violents troubles. L'agitation est telle qu'il est parfois difficile d'y voir clair. Seule certitude, les heurts qui émaillent le pays ont des conséquences terribles. Un véritable massacre. Si le premier bilan des violences de vendredi faisait état d'au moins 83 morts, il a été alourdi quelques heures plus tard. Ainsi le dernier décompte indique qu'au moins 173 personnes ont été tuées dans toute l'Egypte depuis vendredi, a annoncé samedi le gouvernement. De plus, depuis trois jours, 57 policiers ont été tués, selon le porte-parole du gouvernement, qui n'a toutefois pas précisé s'ils venaient ou non s'ajouter au 173 morts. En outre, le fils de Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans, la confrérie du président islamiste déchu Mohamed Morsi, a été tué par balles vendredi au Caire dans les heurts entre forces de l'ordre et manifestants pro-Morsi, a annoncé la confrérie samedi. Dans le chaos qui règne actuellement en Egypte, une autre information a circulé ce samedi. On a appris que le procès de l'ancien président Hosni Moubarak a été ajourné au 25 août. Il est poursuivi entre autres pour complicité dans le meurtre de manifestants. Le premier procès de M. Moubarak avait abouti en juin 2012 à une condamnation à la réclusion à perpétuité, mais la Cour de cassation a ordonné un nouveau procès, qui a commencé le 11 mai. Hosni Moubarak est jugé en même temps que ses deux fils, six anciens hauts responsables des services de sécurité ainsi qu'un homme d'affaires, Hussein Salem, qui a fui vers l'Espagne. La nouvelle audience du procès Moubarak aura lieu le jour où s'ouvrira un autre procès au Caire : celui de hauts dirigeants des Frères musulmans, dont leur Guide suprême Mohamed Badie est en fuite, pour "incitation au meurtre de manifestants". Les Frères musulmans, réprimés et interdits sous la présidence Moubarak, avaient remporté les premières législatives organisées après sa chute et Mohamed Morsi, issu de leurs rangs, avaient ensuite accédé à la présidence. Mais ce samedi, le premier ministre de transition égyptien, Hazem el Beblaoui, a proposé de dissoudre la confrérie. Il a soumis cette proposition au ministre des Affaires sociale, dont relève l'encadrement des activités des organisations non-gouvernementales. Une décision, si elle était confirmée, qui devrait encore plus aviver la colère des partisans pro-Morsi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Défiler au haut